top of page
  • Photo du rédacteurChristophe MELQUIOND

"Le salarié, confronté au complexe de l'escargot"

Après 18 mois de crise sanitaire, le retour sur site pour un grand nombre de salariés est une source de stress et d’interrogations. Seule la pluie fait sortir l’escargot de sa coquille. Quel déclencheur favorisera le retour sur site des salariés ? Ne faut-il pas profiter de cette opportunité pour reconstruire l’organisation du travail ?

Depuis le mois de mars 2020, le monde du travail a connu une métamorphose rapide et brutale. Du jour au lendemain, un grand nombre de salariés se sont retrouvés en télétravail. Outre l’organisation matérielle qu’il a fallu revoir, une nouvelle organisation systémique a vu le jour. Beaucoup d’entreprises ont dû retravailler leurs outils de production, principalement dans le tertiaire, pour continuer à répondre aux sollicitations des clients et aux impératifs de résultats. Mais aujourd'hui, est venu le temps du retour sur site, et pour certains salariés, le syndrome de l'escargot¹.

"La pause-café prise entre collègues n’est plus qu’un souvenir et engendre des frustrations."

Loin d’être comme l’escargot enfermé dans sa coquille, le salarié a besoin d’échanges professionnels nourris avec ses collègues. Les interactions sociales sont aujourd’hui en carence. La pause-café prise entre collègues n’est plus qu’un souvenir et engendre des frustrations. Il faut souligner que l’inconnu de cet éloignement du site professionnel a fait craindre aux dirigeants que leurs salariés se transforment en paresseux. Bien loin de là, les employés ont su dans beaucoup de s’adapter comme des caméléons. Une belle preuve d’adaptation et de la justesse du « faire confiance ». Le télétravail a permis de faire progresser la productivité des salariés de 22 % en 2020², selon une étude de l'Institut Sapiens. Le travail à distance a également permis de préserver 9 points de PIB².

" Nous avons le devoir de vivre pleinement un optimisme chantant pour ne pas se laisser happer par une sinistrose ambiante. "

Cette rentrée restera particulière. Le prochain défi des sociétés est la gestion du retour en présentiel de leurs salariés. Après une longue période en télétravail, en chômage total ou partiel, des habitudes perdues sont de nouveaux d’actualités. Sources d’angoisses, de stress ou du moins d’une réadaptation, l’équilibre mental des salariés occupe le devant de la scène. Nous ne pouvons pas nier que la transition de l’été vers l’automne est une période délicate, propice à une forme de dépression, du « blues ». Pour beaucoup, il s’agit d’une impression d’un été toujours trop court et de ne pas avoir eu le temps d'en profiter. Devons-nous alors nous laisser aller à cette mélancolie de rentrée ? En aucun cas. La crise sanitaire semble progressivement s’estomper même si elle est loin d’être terminée. Nous avons le devoir de vivre pleinement un optimisme chantant pour ne pas se laisser happer par une sinistrose ambiante.


Les personnes en télétravail jusqu’à aujourd’hui se sentent en sécurité. Éloignées de leur site professionnel, ils évoluent dans une sorte de bulle sanitaire, salvatrice et salutaire. Pourtant dans le sphère privée, les gestes barrières ne sont pas totalement respectés. Le retour sur site, pour eux, implique un fort ressentiment. C’est évident de voir naître des zones d’angoisses chez les salariés. S’ils ne se sentent plus capables de répondre à la pression quotidienne. Si la charge mentale induite est trop forte, il est urgent d’agir.

Il ne serait pas étonnant de voir fleurir une vague (non pas la cinquième) d’arrêts de travail. Si les structures ne prévoient pas un accompagnement de leurs collaborateurs, c’est une conséquence envisageable. Dans toutes situations de crise, il est fort judicieux de mettre en place une prise en charge, même de court terme.

" Le management bienveillant est de circonstance. "

Le rôle des managers, dans cette situation, est d’être à l’écoute de ses collaborateurs. Le management bienveillant est de circonstance. Il devient, par la même, le meilleur outil d’un retour progressif et réussi des salariés sur site. Cela devient une nécessité, une obligation plutôt qu’un accompagnement traditionnel. Connaissez-vous cette approche managériale ? Avez-vous des doutes sur son efficacité ?

En mai 2021, d’après une enquête d’OPINIONWAY, six salariés sur dix estiment que leur direction « ne se rend pas compte de l’état psychologique des salariés et n’agit pas en fonction.» ³. Constat inquiétant qui souligne la profonde fracture entre la réalité des salariés et le ressenti des directions. Il est temps d’agir pour remettre en équilibre ce système.

Reconnectons les personnes avec le « réel » monde professionnel. Chacun doit faire un pas vers l’autre en considérant que c’est une renaissance et pas une continuité. C'est une opportunité de mettre en place un partenariat entre les différents étages hiérarchiques. C’est une dynamique optimiste qui doit être enclenchée. Le manager est le principal moteur de l’influx positif. En se positionnant dans l’écoute, l’accueil et le questionnement, il rassurera son collaborateur. Le transfert d’énergie s’effectuera dans de meilleures conditions. La peur de revenir sur site, avec toutes les dispositions sanitaires mises en place, disparaitra parce que le sens sera à nouveau fortement présent. Au binôme manager-collaborateur de construire de nouvelles interactions. sur lesquelles ils vont s’appuyer pour relancer l’activité. Remettez en place la confiance entre les parties, en redonnant du positif et en réalimentant l’envie de réussir ensemble.

Christophe Melquiond

Consultant - Coach - Formateur



Sources : 
¹: "Le syndrome de la cabane, aussi appelé le syndrome de l'escargot, correspond à la peur de sortir de son lieu d'enfermement. Dans ce contexte d'épidémie de Covid-19, ce syndrome fait concrètement écho à la peur de se déconfiner et de se confronter au monde extérieur." 
Sources : Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne https://sante.journaldesfemmes.fr/
²: https://www.institutsapiens.fr/quel-avenir-pour-le-teletravail-perenniser-et-securiser-une-pratique-davenir/ 
³: https://www.lavoixdunord.fr/1012820/article/2021-05-26/teletravail-les-burn-out-explosent-alors-que-les-salaries-vont-devoir-reprendre

45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page